22/11/2018

Jean-Michel LANG








Jean-Michel Lang, membre de notre association, est l'auteur de nombreuses publications sur le patrimoine régional (ossuaires de Lorraine, sculpteurs de monuments funéraires et de croix de chemin) et sur l'histoire des paysans aux XVIIe et XVIIIe siècles.

24/10/2018

Nouvelle parution de Laurent MAYER





Croix et calvaires de Bambiderstroff



Réédition 2018, bilingue.
Prix : 20 €.












Croix et calvaires de BAMBIDERSTROFF


11/04/2018



Conférence :  27 avril 2018, 20 heures, Médiathèque Faulquemont

« Jean-Michel LANG et Stéphane BECK, entourés d'une équipe de passionnés, continuent leur travail pionnier de prospection et d’investigation du patrimoine religieux mosellan. C’est le marbrier-sculpteur de Villers-Laquenexy Emile COLLIN qui a retenu leur attention. Comme l’indique la 4ème de couverture de l’ouvrage biographique qui lui est consacré, l’artiste est un homme d’affaire avisé  qui a su faire prospérer son entreprise et étendre son influence au-delà de sa région d’origine. 

On ne peut qu’être frappé par la moisson des informations recueillies quand on sait que les archives de l’établissement ont disparu ! 

Nous nous laisserons d’abord guider par les réalisations d’Emile COLLIN qui se voient aux quatre coins du département : des autels dans les églises, des croix de chemins et des monuments funéraires dans les cimetières ; puis nous visiterons son atelier pour en comprendre le fonctionnement et essayerons de déchiffrer sa politique commerciale. En filigrane transparaît un homme de caractère et un patron haut en couleur. » 

17/02/2018

Assemblée Générale 2018


Compte rendu de l’A.G. de la SHPDUF

du vendredi 16 février 2018.

Devant une salle comble, l‘Assemblée Générale normale de la Société d’Histoire du District Urbain de Faulquemont s’est tenue le vendredi 16 février 2018 à la salle du rez-de-jardin de la médiathèque de Faulquemont, en présence de Bruno BIANCHIN Maire de Faulquemont, de Jean-Luc FRANCOIS Maire de Bambiderstroff et Paul LANG Maire de Vittoncourt.
Le président rappelle à l’assemblée que pour cette année comme tous les trois ans, les membres doivent procéder à l’élection du nouveau Bureau et invite les présents à réfléchir à une éventuelle candidature.
Le président ouvre la séance à 18h 10. Après avoir salué l’assemblée, listé les membres excusés, remercié le Maire Bruno BIANCHIN pour son accueil, le prêt des infrastructures et les différents partenaires financiers de l’association pour leur soutien, il annonce l’ordre du jour et donne la parole au secrétaire Martin ROHR pour la présentation des activités de l’année écoulée.

Rapport des activités :
Au cours de cette année, il y eut 7 conférences ou sorties-conférences, 4 sorties sur le terrain pour des recherches diverses et des réunions/permanences tous les premiers et troisièmes vendredis du mois au siège local de la Société à la médiathèque de Faulquemont.
On a remarqué la parution de la revue de la SHPDUF en fin d’année 2017, « MEMOIRES n °1 », collectif d’auteurs, mais aussi la sortie attendue des ouvrages de ses membres tels que la biographie du sculpteur COLLIN par le groupe composé de Stéphane BECK, Erwin BOULANGER, Albert KLEINE Jean-Michel LANG, Fabrice MULLER et Martin ROHR, toujours en ventes au local de la Société ou la monographie d’Anne ROCH et Paul BASTIEN sur Vahl-les-Faulquemont .
On a pu saluer la mise en forme du blog de la société, tenu par notre webmaster Paul BASTIEN et  qui a reçu la visite de 4000 personnes

Rapport financier :
Le trésorier présente le bilan financier de l’année.
Les recettes sont représentées par les cotisations, les subventions et les ventes diverses d’ouvrages. Les dépenses sont en majeure partie dues à l’impression de la revue et des frais administratifs.
Ces comptes ont été approuvés par nos réviseurs aux comptes, Mr GRANDIN et BASTIEN.

Prix de la cotisation et revue :
Pour empêcher que le prix de l’adhésion ne soit un frein pour rejoindre la Société, la cotisation reste inchangée à 10 euros, et l’ouvrage restera disponible à nos membres au prix coutant, c’est à dire cette année 10 euros.
Au jour de la réunion,  le recouvrement des cotisations étant encore en cours nous comptons actuellement 60 adhésions individuelles et 8 communes soutenant notre association.

Rapport moral et perspectives d’avenir.
Devant l’assemblée le président  se félicite des nouvelles adhésions arrivées depuis la sortie de l’ouvrage «  Mémoires ».
Il souhaiterait voir dans un avenir plus ou moins proche, une personne qui assurerait une rotation à la présidence de cette association qui couvre un territoire aussi étendu.
Pour cette année il est prévu de continuer le cycle de conférences avec 5 réunions déjà retenues mais dont les dates exactes sont encore mouvantes du fait des conférenciers et des disponibilités des salles sur le secteur. Les auditeurs seront comme à l’accoutumée prévenus par mail et voie de presse.
Le cycle des permanences et collations de documents, ainsi que la continuation du montage de notre fonds historique local, les 1er et 3ème vendredi du mois de 16 à18 heures, sont maintenus.
La Société reste ouverte à la restauration et numérisation de documents concernant le patrimoine du district, au plus près de l’urgence et de la demande, ainsi qu’à l’accueil des différents chercheurs.

Election du  Bureau :
Paul BASTIEN , le Webmaster, est venu rejoindre les membres du bureau qui se représentaient .
La composition des membres élus à l’unanimité.
KOPPERS Alain :Président
Stéphane BECK : Vice-Président
Jean-Paul DUFOUR : Trésorier
Paul BASTIEN : Vice -Trésorier
Martin ROHR : Secrétaire
Michèle THIL : Vice-Secrétaire
Marie Jo ALBERT et Erwin BOULANGER comme Assesseurs

Après avoir reçu les encouragements du Maire BRUNO BIANCHIN, le Président a clôturé la réunion
et donné rendez-vous devant un petit café gâteau.

30/01/2018

La revue

                                         « MÉMOIRES »

Le 26 janvier 2018 à 16 heures, dans les locaux de la Médiathèque de Faulquemont,  le Président Alain KOPPERS présenta la revue nouvelle-née de la SHPDUF.
C’est une revue annuelle. Ce premier numéro comporte 96 pages. Les articles publiés sont produits par les membres de la société et concernent l’histoire et le patrimoine des communes du District Urbain de Faulquemont.
Le revue sera mise en vente au prix de 10 euros pour les membres et 15 euros pour les autre amateurs.
On y trouvera un article reliant toutes les communes du district. Extrait de l’œuvre de Louis Weber, curé de Réning, Alain Koppers recense tous les soldats morts pendant la Grande Guerre de 1914-18, qu’ils soient tombés dans l’armée française pour la plus part mais aussi dans l’armée allemande.
 D’autres articles couvrent diverses époques de notre histoire. Monsieur Jean-Marie Burtard nous conte l’histoire de château d’Hélfedange et nous divertit avec un récit en patois de Hémilly. Notre distingué linguiste Laurent Mayer nous relate la rafle du 3 juin 1944 à Bambiderstroff et Eugène Thielen nous fait un récit succinct sur l’occupation allemande de Longeville. Le francilien Jean-François Legree, commence une série sur les accidents aériens dans notre secteur. Anne Roch et Paul Bastien retracent l’histoire de la chapelle de la Sainte Trinité de Vahl-lès-Faulquemont. Par un extrait des Archives Départementales, Alain Koppers nous propose une visite des église de Flétrange, Dorviller et Elvange, en 1824.

La revue tentera à chaque parution de présenter un texte en patois local traduit en français en n’oubliant pas le bilinguisme régional. Elle s’efforcera aussi de représenter progressivement l’ensemble des communes et leur pluralité dans les articles des numéros à venir.



VOIR SOMMAIRE >>>>>.

29/01/2018

MÉMOIRES


SOMMAIRE


La grande rafle du 3 juin 1944 à Bambiderstroff.
Laurent MAYER

La chapelle de la Sainte Trinité de Vahl-lès-Faulquemont.
Paul BASTIEN et Anne ROCH

Les accidents aériens sur le ban de Faulquemont et les environs.
. L’avion du Haut Bois.
Jean-François LEGREE

Longeville-lès-Saint-Avold. Occupation allemande – Libération. Récit succinct.
Eugène THIELEN

Le château d’Helfedange.
Jean-Marie BURTARD

Les hhoûhhîres don d’Fow (Patois de Hémilly).
Les sorcières du Ron de Faux.
Communiqué par Joseph ROLLIN

L’œuvre de Louis WEBER, curé de Réning.
Les morts de la guerre de 1914-1918 sur le District Urbain de Faulquemont.
Alain KOPPERS

Visite des églises de Flétrange, Dorviller et Elvange en 1824.



22/10/2017

Faulquemont, rue de la République

21/10/2017

Faulquemont, rue de la gare

28/03/2017

Blason à Guinglange

Un blason remarqué à Guinglange au-dessus d'un linteau de porte ouvre une discussion quant à sa signification et ses origines.

Quelques membres de la SHPDUF ont entrepris des recherches.

Une consultation de "L'Armorial général de la Lorraine et du Barrois" fait ressortir le nom de la famille "La Drague" ou "Ladrague".
Cette famille noble du 16ème au 18ème a des attaches dans les communes de Retonfey et Les Etangs.

Il serait intéressant de consulter la généalogie des familles de Guinglange afin de vérifier quelles sont les relations de cette famille avec la commune.


Ce blason se décline de la manière suivante : trois croissants de gueule ; deux en chef et un en pointe ...

Une remarque a été faite : ce blason est identique à celui de la famille "De Mercastel". Mais elle est géographiquement très éloignée de notre région ...

La question reste ouverture à toute information complémentaire.

01/03/2017

La chapelle de Marcourt

Petit historique.

L'ancien village de Marcourt situé entre Many et Thicourt fut détruit ver 1580. La chapelle du lieu fut aussi détruite. Il ne subsistera que quelques fermes.
En 1749, l'abbé Dusable desservant de la paroisse de Many fit construire une chapelle sur l'ancien emplacement du village. Sous l'égide de l'évêque de Metz, Monseigneur de Montmorency-Laval, la chapelle fut bénie en 1776.
Vers 1841, arguant du mauvais état du bâtiment et du fait qu'aucun office n'y ait été célébré depuis de nombreuses années, le Conseil de Fabrique décida de l'aliénation et de la vente de la chapelle.
Ce qui fut fait en 1847. Madame Veuve  CHOUMERT Dominique née PIGUET Marguerite de Many en fit l'acquisition.
Au fil du temps la construction se dégrada. C'est un groupe de travail de la SHPDUF qui prit l'initiative, avec l'autorisation de la famille propriétaire, d'entamer sa restauration.



Situation des travaux en novembre 2016





08/11/2016

Armoiries de Faulquemont

Les nouvelles armoiries de Faulquemont
Par le docteur A. Ruppel


Les armoiries de la ville de Faulquemont en Lorraine, comme toutes celles d’Alsace Lorraine,  contenaient l’aigle impérial dans leur sceau. En application de l’ordonnance du 28 décembre 1910 qui autorise  les communes à décider de leurs armoiries, le maire de Faulquemont, Monsieur Clément, par arrêté municipal en a entrepris  de  nouvelles.
La littérature héraldique connaît déjà des armoiries de Faulquemont. Lapaix les décrit ainsi : D’or à la crois de gueules, au franc quartier d’argent, chargé d’un lion de sable, armé et lampassé de gueules, couronné d’or. La même description est faite par l’auteur des armoiries  de Haraucout-les-Saint-Nicolas , au sud est de Nancy. Il faut établir le fait que ces armories ne sont pas celles des 2 villes mais celles de la famille de Haraucourt..
Les illustrations qui sont jointes à ces descriptions ne font pas  état d’un armement rouge ni du couronnement doré.
Gritzner, un héraldiste très connu et auteur de la partie Lorraine du Grand Livre des armoiries de Siebmacher, laisse également tomber ces attributs dans le texte et dans les illustrations. Et pourtant il savait qu’il existe une autre source qui donne le lion couronné et armé en rouge. Du point de vue héraldique il n’y a rien à redire contre un lion noir avec une arme rouge dans un champ argenté. Mais une couronne d’or sur un fond argenté n’est pas héraldique.
3) Selon une règle héraldique il peut y avoir une couleur sur un métal ou un métal sur une couleur  mais jamais une couleur sur une couleur ou un métal sur un métal. Les exceptions à la règle sont rares.
Comment se fait il que pour Lapaix la ville de Faulquemont a les armoiries de Haraucourt ? Il y a manifestement une erreur chez l’éditeur du livre des armoiries. Les armoiries de la famille n’ont jamais été présentées officiellement comme celles d’une ville. Mais la famille de Haraucourt régna sur la ville de Faulquemont  de 1414 à 1743. Sa résidence était la petite ville fortifiée de Faulquemont. Elle dura assez longtemps pour que l’on considère leurs armoiries comme celles de la ville, comme cela s’est fait dans d’autres villes. C’est pourquoi on se référa à ces armoiries dans le projet de la ville.
Pour exprimer la dépendance à l’ancien duché de Lorraine et à l’actuelle province du même nom de la ville et de la seigneurie les simples armoiries de, la Lorraine (la poutre oblique rouge avec 3 alérions argentés dans un champ en or) furent reprises sur l’écusson.
Du fait que le bouclier simplement fendu ou partagé aurait offert une mauvaise image avec les armoiries  de Haraucourt-Faulquemont, on choisit de partager le bouclier en quatre  en reprenant  les emblèmes dans les parties 1 et 4 éventuellement 2 et 3.
Ce projet de M. le professeur Eyth de Karlsruhe esquissé et colorié fut présenté le 23 mai 1914 au fondé de pouvoir de l’empereur pour l’Alsace Lorraine. L’empereur accepta le projet le 27 mai qu’il signa de sa main et autorisa, par l’intermédiaire de la région, la commune de  Faulquemont à établir les armoiries suivantes :
Bouclier partagé en 4. Dans les champs 1 et4 en or, une poutre inclinée avec 3 alérions en argent ; dans les champs 2 et 3 une croix rouge avec dans le coin supérieur droit un lion noir.


L’image des armoiries avec la signature de l’empereur fut donnée à la commune pour conservation.